Colloque Expertise, opinion et décision publiques, 19 novembre 2015 à Paris

L’Association française pour la prévention des catastrophes naturelles (AFPCN), le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) et la Commission nationale du débat public (CNDP) a organisé le 19 novembre 2015 à la Maison de l’Amérique Latine de Paris, un colloque « Expertise, opinion et décision publiques ».

La journée s’est articulée autour de quatre tables rondes :

  • Science, expertise, décision
  • La responsabilité des décideurs publics
  • L’information et la formation de l’opinion publique
  • L’éthique de l’expertise
Le compte rendu est disponible sur le lien suivant.

Science and Technology Conference on the Implementation of the Sendai Framework for Disaster Risk Reduction 2015-2030

ISDR

L’AFPCN, représentée par Maud Devès, Elsa Rothschild, François Gérard et Roland Nussbaum, participera à la conférence internationale de l’UN-ISDR « Science and Technology Conference on the Implementation of the Sendai Framework for Disaster Risk Reduction 2015-2030 », du 27 au 29 janvier 2016 à Genève.

La conférence rassemblera la communauté scientifique, les décideurs, les praticiens afin de discuter de l’apport des sciences et des technologies pour soutenir la mise en œuvre du cadre d’actions de Sendai pour la prévention des catastrophes 2015-2030.

L’AFPCN présentera un poster à cette occasion. Le poster est téléchargeable ici.

Plans communaux de sauvegarde, le 3 décembre 2015 à Labarthe sur Lèze

Photo PCS

L’Association des Maires de Haute Garonne et l’Association Française pour la Prévention des Catastrophes Naturelles (AFPCN) ont organisé, le 3 décembre 2015, à Labarthe-sur-Lèze (Haute Garonne), avec le soutien de la Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises et de la Préfecture de Haute Garonne, une journée sur les Plans Communaux de Sauvegarde : « PCS : appropriation et opérationnalité ». Vous trouverez les informations sur les précédentes manifestations sur le site internet de l’association.

L’objectif de cette journée « de terrain », centrée sur les témoignages des collectivités territoriales, est de mettre l’accent sur les échanges d’expérience et de savoir faire. Le programme s’est articulé autour de trois sessions :

Session 1 : L’élaboration et l’appropriation des PCS

Session 2 : Le rôle des EPCI et des EPTB

Session 3 : Les exercices et retour d’expérience

Vous trouverez le programme et le dossier des participants sur le lien suivant. Le compte rendu est en cours de rédaction.

COP 21 « Risques naturels et changement climatique : les risques littoraux et l’évolution des besoins d’expertise »

Photo

L’Association Française pour la Prévention des Catastrophes Naturelles (AFPCN) et son groupe de travail sur le Climat  a organisé une table ronde-débat intitulée, « Risques naturels et changement climatique : risques littoraux et évolution des besoins d’expertise », dans le cadre de la COP 21, le 8 décembre 2015 de 11h15 à 12h45, dans la salle 8 de l’Espace Génération Climat au salon du Bourget http://www.cop21.gouv.fr/les-espaces-generations-climat/

Cette table ronde a été animée par Erik Mosselman (DELTARES, Pays-Bas), Camille André (GIP Littoral Aquitain), François Gérard (AFPCN), Maud Devès (Sciences Po). Vous trouverez les interventions sur le lien suivant.

L’enjeu de ce side-event était de réfléchir à l’intégration des risques climatiques dans les agendas de gestion des risques naturels. Le cas des risques littoraux sera pris en exemple pour aborder les difficultés et les opportunités ouvertes par cette intégration et souligner l’évolution des besoins d’expertise pour aider la décision publique avec la participation des collectivités territoriales de diverses échelles et des citoyens.

Our common future under climate change Juillet 2015

Le groupe de travail « climat » de l’AFPCN a participé à la conférence scientifique organisée en préparation de la COP21 (http://www.commonfuture-paris2015.org/). Il a présenté un poster intitulé « Foreseing the évolution of the expertise on climate » dans la session « Information for decision-making ». Le poster est téléchargeable ici.

AFPCN_poster_v5MD_RVB

Inondations du Sud Est 3-4 octobre 2015

Suite aux inondations qui ont touché la Côte d’Azur dans la nuit de samedi 3 au dimanche 4 octobre, l’AFPCN tient à adresser un message de soutien et de solidarité aux habitants de cette zone sinistrée.

Ces intempéries ont été meurtrières, avec 20 victimes recensées et ont causé d’importants dommages. Elles viennent s’ajouter aux inondations survenues dans le Sud de la France en août 2015 et à l’automne 2014… Elles posent les questions habituelles sur les causes de telles catastrophes et sur les façons d’y remédier.

Si l’aléa météorologique a été indéniablement extrême localement, avec un cumul pluviométrique sur 2 heures de 175 mm à Cannes, bien supérieur à la pluie dite centennale (valeur ayant 1 chance sur 100 d’être dépassée chaque année), il faut rappeler que de tels événements n’ont rien d’exceptionnels à l’échelle de la zone méditerranéenne. Des cumuls équivalents ont déjà été observés dans un passé récent (cf. crues de fin sept.- oct. 1958, sept. 1992, sept. 2000) et ne constituent pas un aléa exceptionnel, « jamais vu de mémoire d’homme ». La mention qu’il a plu autant en 2 heures qu’un mois d’octobre moyen présente peu d’intérêt, sauf à rappeler un des traits habituels du régime pluviométrique méditerranéen en automne.

Il est nécessaire de se préparer à la survenue de tels événements. Plusieurs volets d’action peuvent être engagés. En termes de prévision, il faut souligner les importants progrès réalisés depuis plusieurs décennies, qui ont abouti aujourd’hui au système de vigilance météorologique (http://vigilance.meteofrance.com/) et de vigilance crues (http://www.vigicrues.gouv.fr/). S’il est possible d’anticiper correctement les phénomènes intenses à large échelle, les résultats restent encore imprécis en termes de localisation exacte à l’échelle de petits bassins versants impactés par des orages intenses. Compte-tenu de ces incertitudes, il est essentiel que la population considère avec attention les messages qui sont délivrés et ait un comportement adapté, en particulier pour une vigilance orange. Même si les services de protection civile effectuent un travail remarquable qui permet de sauver de nombreuses vies humaines, il est essentiel en amont de poursuivre le travail de sensibilisation sur le comportement à adopter en période de crue en zone à risque, de mettre au point des plans communaux de sauvegarde opérationnels, de réaliser des exercices d’évacuation. A noter que les nouvelles technologies constituent un vecteur d’information qui peut s’avérer très utile pour prévenir rapidement les personnes potentiellement en danger.

En termes de protection, des solutions techniques sont possibles via la réalisation d’ouvrages de rétention en amont des bassins versants, la mise en place d’endiguements ou l’aménagement de cours d’eau. Elles supposent un investissement financier non négligeable et il faut rappeler qu’elles ont un impact limité pour un événement extrême, voire même négatif en cas de surverses ou de ruptures de digues qui induisent des inondations brutales. C’est pour ces raisons que la prévention est indispensable. Elle suscite beaucoup de réticence, car à la forte mobilisation après chaque nouvelle inondation dommageable fait suite au bout de quelques années une indifférence voire une opposition des personnes concernées. Il est difficile d’intégrer des contraintes liées à la prise en compte du risque d’inondation dans des projets d’urbanisme et d’aménagement du territoire. Le risque inondation est oublié ou mis de côté, en-dehors des préoccupations du moment. La preuve en est les nombreuses oppositions sur la mise en place des Plans de Prévention du Risque Inondation.

L’association française pour la prévention des catastrophes naturelles (AFPCN) rassemble des scientifiques, experts, universitaires, élus nationaux et locaux, collectivités territoriales, associations, entreprises ainsi que des représentants de l’Etat. Se positionnant comme lieu d’échanges entre les diverses parties prenantes de la prévention des risques naturels et force de proposition, l’AFPCN organise ses travaux sur l’ensemble des aspects des risques naturels (prévention, alerte, gestion de crise, réparation, indemnisation). L’AFPCN a travaillé sur certaines problématiques rencontrées lors de l’événement d’inondation du 3-4 octobre 2015. N’hésitez pas à consulter les travaux de nos différents groupes de travail, notamment : le rapport de synthèse « Vulnérabilité des réseaux et catastrophes naturelles », le rapport du groupe de travail « Vigilance et alerte », les journées sur les Plans Communaux de Sauvegarde. L’AFPCN a également organisé des journées sur l’impact du changement climatique et produit un rapport sur l’expertise apportée par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Dans l’état actuel des connaissances, il n’y a pas de signe actuel d’aggravation de l’alea inondation du fait du réchauffement du climat, et des incertitudes subsistent sur les tendances futures (cf. rapport du GIEC sur les évènements extrêmes SREX). Il est important d’éviter les raisonnements simplistes du type plus il fait chaud, plus les extrêmes deviennent importants (contre ex. du XIXe siècle plus froid qu’aujourd’hui, avec toute une série de crues majeures, non dépassées au XXe siècle).

 

Le forum européen pour la réduction des risques de catastrophe

Le forum européen pour la réduction des risques de catastrophe (EFDRR) est une instance d’échanges et de coordination pour la région Europe dont l’objectif est de faciliter les synergies en matière de réduction des risques de catastrophe pour le continent européen.

Le Forum assure la liaison entre les différents pays du continent européen et engage ses adhérents à mettre en oeuvre le cadre d’action de Sendai, adopté au mois de mars 2015. Les membres du forum ont pour objectif de développer une déclinaison coordonnée du nouveau cadre international qui prenne en compte les spécificités du continent européen.

La France assure en 2015 la présidence du Forum, la vice-présidence étant assurée par la Finlande qui présidera en 2016. Le forum se réunit une fois par an dans le pays assurant la présidence. Dans le cadre de ses compétences interministérielles en matière de réduction des risques de catastrophe, le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie est chargé de l’organisation de cette réunion annuelle qui s’est tenue à Paris les 7, 8 et 9 octobre 2015.

La tenue de ce forum européen à Paris en 2015 revêt une importance particulière. En effet, cette réunion est la première à se tenir depuis l’adoption du nouveau cadre international de Sendai pour la réduction des risques de catastrophes. Elle se situe juste après les conférences d’Addis Abeba et de New York sur le financement et l’agenda du développement durable, et quelques semaines avant la conférence Paris Climat 2015 (COP 21).

Cet événement est l’occasion de coordonner et d’approfondir les actions menées en matière de réduction des risques de catastrophes à l’échelle régionale, de faciliter l’échange d’informations et le partage d’expérience, de promouvoir des solutions innovantes et d’encourager l’engagement politique sur cette question.

Lien vers le site internet du Ministère de l’Ecologie

Lien vers le communiqué de presse de Ségolène Royal et Margareta Wahlström

Lors de l’ouverture de la réunion annuelle du Forum européen pour la réduction des risques de catastrophes (EFDRR), présidé par la France en 2015, les très petites entreprises (TPE) et les petites et moyennes entreprises (PME) lauréates se sont vues remettre le prix Damir Čemerin par Ségolène Royal, le 7 octobre dernier.

Le prix Damir Čemerin récompense chaque année la prise en compte locale des risques dans le pays hôte du Forum. Il récompense les TPE ou les PME les plus innovantes et les plus investies dans le secteur de la gestion des risques naturels et plus précisément dans un ou plusieurs des domaines suivants : connaissance des aléas et des risques, surveillance, prévision et alerte, information préventive et éducation des populations, prise en compte des risques dans l’aménagement et l’urbanisme, réduction de la vulnérabilité, préparation et gestion de crise ou encore gestion de l’après-crise et retour d’expérience.

La remise de ce prix à des TPE ou PME a pour objectif de promouvoir et de valoriser les initiatives prises dans ce domaine au niveau local.

L’AFPCN est membre du jury pour la sélection du lauréat au prix Damir Čemerin.

Participation de l’AFPCN au projet européen ECOSTRESS

Logo_Sito2Depuis janvier 2014, l’AFPCN est partenaire du projet ECOSTRESS (Ecological coastal strategies and tools for resilient European societies). Ce projet durera deux ans, pour un montant total de 665 000 €, dont 75% sont financés par la DG ECHO de la Commission Européenne.

L’objectif d’ECOSTRESS est de rechercher des stratégies intégrées de prévention et de gestion des risques sur les zones côtières, celles-ci étant définies comme les territoires naturels et habités exposés aux submersions marines.

Le projet est conduit par EUCENTRE, organisme italien de recherche et de formation en ingénierie de la prévention, avec trois partenaires : ISIG, institut italien de recherche en sociologie, DELTARES, institut néerlandais de recherche et d’ingénierie dans le domaine de l’eau et des infrastructures, et, enfin l’AFPCN.

ECOSTRESS se propose tout d’abord de faire la revue et l’analyse des cadres règlementaires, méthodes et outils disponibles pour la gestion des risques côtiers. Cette analyse servira ensuite à monter un système d’aide à la décision dont la démonstration sera menée sur un site test, à savoir la Mer de Wadden qui borde les côtes des Pays-Bas, d’Allemagne et du Danemark, site très bien documenté.

L’AFPCN est partenaire du projet pour donner l’avis des parties prenantes de la prévention, planificateurs et acteurs des territoires. Elle est impliquée dans la phase initiale de documentation et dans la phase finale de diffusion.

L’équipe de l’AFPCN impliquée dans le projet est constituée de François Gérard, membre du bureau, d’Elsa Rothschild et de Julie Pétrelle, Roland Nussbaum apportant son expertise.

Pour en savoir plus : http://www.ecostress.eu/

Ce projet touche à sa fin et c’est l’heure de la diffusion des premiers résultats au travers de colloques s’adressant aux parties prenantes intéressées par la problématique de la prévention des risques en général et des risques littoraux en particulier.

L’AFPCN organise à ce sujet le 6 novembre 2015 de 10h00 à 18h00 un colloque à l’Académie de l’agriculture, vous trouverez le préprogramme.

Rapport Vulnérabilité des réseaux

L’AFPCN et l’IMdR ont mis en place un groupe de travail en 2008 sur la vulnérabilité des réseaux face aux risques naturels. Le rapport de synthèse « Vulnérabilité des réseaux et catastrophes naturelles » se fonde sur des témoignages recueillis lors de réunions plénières du groupe de travail IMdR-AFPCN (2008-2012) et une base bibliographique variée.

Dans un premier temps, la synthèse montre au travers d’exemples l’enjeu réel que représente la vulnérabilité des réseaux face aux catastrophes naturelles. La deuxième partie posera le contexte dans lequel cette vulnérabilité doit s’envisager. Ensuite, sont identifiés les réseaux d’acteurs pertinents et pour chacun d’eux les difficultés rencontrées lors d’une catastrophe naturelle. Cette partie se propose d’identifier les difficultés selon une approche dite « cindynique »  et les principes d’action face aux enseignements tirés d’expériences. Enfin la synthèse se termine sur les pistes de la mise en œuvre de ces solutions.

Le groupe de travail devrait organiser une demi journée de restitution débat en novembre 2015.

Rapport d’information Xynthia

Le Sénat vient de publier un rapport d’information fait au nom de la délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation Xynthia 5 ans après : pour une véritable culture du risque dans les territoires.