Axes et activités

Axe 1 : Animation et réseau d’acteurs

//Assises Nationales des Risques Naturels (ANRN 2016)

 

Participation active de l’AFPCN aux 3èmes Assises Nationales des Risques Naturels organisées par le Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, les 22 et 23 mars 2016 au Palais du Pharo, à Marseille. lire la suite

 

 

//Observatoire National des Risques Naturels (ONRN)

 

Développement d’un partenariat avec l’Observatoire National des Risques Naturels (ONRN). L’AFPCN participe à l’organisation avec la MRN de la première conférence débat de l’ONRN « Vers une connaissance partagée des évènements naturels en France ? », le 4 mars 2015. Une deuxième conférence débat s’est tenue le 20 avril 2016 : https://afpcn.org/animation-et-reseau-dacteurs/observatoire-national-des-risques-naturels/comite-des-utilisateurs/

// Conseil d’Orientation pour la Prévention des Risques Naturels Majeurs (COPRNM)

Contribution à l’animation du COPRNM pour faciliter la remontée d’informations des acteurs du risque.

// Commission Mixte Inondation (CMI)

Participation aux séances de labellisation des PAPI au niveau national et contribution à l’optimisation de la politique de gestion du risque inondation.


Axe 2 : Recherche et expertise (conseil scientifique)

Les activités du Conseil Scientifique se déclinent sous la forme de groupes de travail (GT) animés soit par des membres de l’AFPCN, soit par nos partenaires sous l’égide de l’AFPCN. Le Conseil Scientifique est présidé par le Dr. Maud Devès, maître de conférences à l’Institut de Physique du Globe de Paris et au Centre de Recherche Psychanalyse Médecine et Société, Université Paris Diderot.

Les GT actifs en 2017 :

// GT Risques climatiques

piloté par Michel Lang (IRSTEA) et Jean-Michel Soubeyroux (Météo France)

Ce GT suit l’avancée des connaissances scientifiques dans le domaine du changement climatique. Il organise régulièrement des séances de travail avec des experts issus de différents horizons pour discuter des résultats de l’expertise internationale du GIEC et de leurs implications en termes de gestion des risques. Depuis 2013, il s’est également intéressé à l’analyse du processus d’expertise internationale de l’UNFCCC. Cette année, il organise, en partenariat avec la SHF, l’EPTB Seine Grand Lac, l’Académie de l’eau et l’AFEID, deux journées d’étude dédiée aux risques de sécheresse et de déficit en eau.

// GT Sécheresses, étiages et canicules

piloté par Régis Thépot, Claudine Jost et Stéphane Démerliac (EPTB Seine Grands Lacs)

Ce groupe de travail a été mis en place en mai 2015. Il a mobilisé une quarantaine de participants issus des services de l’Etat (DGPR, CGAAER, CGEDD, ONEMA, SCHAPI…), de collectivités, d’établissements de recherche (IRSTEA, BRGM, INRA), de l’Académie de l’Eau, du PFE, de la SHF, etc. Constitué dans le but de lancer des réflexions et d’émettre des recommandations en vue de réduire la vulnérabilité des territoires face au risque de sécheresse, en particulier dans la perspective actuelle de changement climatique, ce groupe s’est réuni à trois reprises au cours de l’année 2016 et a organisé un colloque d’une journée qui a rassemblé une centaine de participants le 8 juin 2017, dans les locaux de l’ENGREF à Paris.

// GT Expertises, décisions et opinion publique

piloté par Maud Devès (IPGP/CRPMS), Christophe Didier (INERIS) et Reiko Hasegawa (Science Po)

Ce GT s’intéresse à l’amélioration des processus de l’expertise et de décision publiques. Il travaille aujourd’hui autour des questions suivantes : 1) Comment caractériser les savoirs et savoir-faire spécifiques à l’expert ? De quoi l’expert a-t-il besoin pour accomplir correctement sa mission ? 2) Quelles dispositions juridiques, organisationnelles, institutionnelles et techniques sommes-nous en mesure de proposer pour améliorer la qualité du processus d’expertise et de son insertion dans le processus décisionnel ? 3) Peut-on impliquer les citoyens dans le processus d’expertise et/ou de décision ? Que peut-on dire des dispositifs existants ?

// GT Incertitudes et décisions publiques

piloté par Myriam Mérad (ESPACE/LAMSADE), Laurent Dehouck (ENS), Marc Lassagne (ENSAT), et Nicolas Dechy (IRSN)

Le GT, lancé conjointement par l’AFPCN et l’IMdR, s’intéresse aux problèmes liés à l’intégration des jugements de toutes les parties prenantes dans le management des risques majeurs (faibles probabilités mais des enjeux élevés avec une distributions statistique incertaine). Le thème étant vaste, le choix a été fait, cette année, de travailler plus spécifiquement sur les notions de responsabilité et de décision.

 

// GT Risques et médias

piloté par Maud Devès (IPGP/CRPMS) et Rémy Bossu (CEA/CSEM)

Ce GT fait suite au GT « réseaux sociaux et risques » (2013-2016) dans lequel nous nous étions interrogés sur les changements induits par l’émergence des réseaux sociaux dans la gestion des risques et sur les conséquences éthiques et juridiques de leur utilisation. Il élargit la réflexion aux médias traditionnels (presse numérique et papier). L’enjeu est d’analyser la manière dont médias et réseaux sociaux traitent de l’information relative aux risques et aux catastrophes afin de proposer des pistes d’amélioration du processus d’émission/diffusion/traduction des informations dans la gestion des risques.

// GT Vulnérabilité des réseaux

piloté par Jean-François Raffoux (IMdR) et François Gérard (AFPCN)

Actif depuis 2008, le GT réalise un diagnostic de la vulnérabilité des réseaux en cas de risques majeurs avec pour ambition d’établir un plan d’action pour réduire la vulnérabilité des réseaux. L’approche se veut préventive, collaborative (l’enjeu est de réunir, autour de la même table, opérateurs et gestionnaires de réseaux, collectivités, agents économiques, pouvoirs publics et population) et dynamique (tournée vers le devenir des territoires concernés à moyen terme). Ayant développé une approche préventive de la vulnérabilité et de la résilience des réseaux face à des inondations majeures menaçant les grandes métropoles, le groupe a retenu cette année deux terrains d’étude pour tester la mise en œuvre de ces réflexions : une collectivité urbaine exposée à une submersion marine (Havre, CODAH), une collectivité urbaine exposée à des crues lentes (Grand Troyes).

// GT Risques météoritiques

piloté par Sylvain Bouley (GEOPS) et Sébastien Leibrandt (AFPCN)

Entre 2000 et 2013, 26 explosions de bolides dans notre atmosphère ont été recensées. Le 15 février 2013, un bolide d’environ 20 m de diamètre se désintègre à 27 km d’altitude au-dessus de la ville de Tcheliabinsk (Russie), blessant près de 1 200 personnes. La NASA a déjà identifié la majorité des astéroïdes de plus de 1 km de diamètre dont la trajectoire pourrait couper celle de la Terre, mais les objets de plus petite taille sont plus difficiles à identifier depuis la Terre. L’objectif de ce nouveau GT, qui réunira à la fois des experts français des risques naturels spatiaux et des experts en infrastructures face au risque, est de traiter le risque météoritique de la prévention à la prévision, jusqu’à l’établissement de scénario-types d’impact ou d’explosion d’un bolide au-dessus d’une zone à forte densité de population.

// Activités internationales du Conseil Scientifique

Le Conseil Scientifique de l’AFPCN est le point focal du programme de recherche Integrated Research for Disaster Reduction (IRDR) des Nations Unies ; programme qui travaille sous les auspices de l’ICSU (International Council for Science), l’ISSC (International Social Science Council), et l’UNISDR (United Nations Office for Disaster Risk Reduction). Il participe également activement aux autres activités internationales de l’association (animation du COPRNM, représentation des acteurs non-étatiques aux manifestations UNISDR et EFDRR).

// Autres activités du Conseil Scientifique

Le Conseil Scientifique émet des propositions d’orientation pour les Assises Nationales des Risques Naturels. Ses membres interviennent régulièrement dans le cadre des évènements organisés par l’association et son réseau.


Axe 3 : Information et sensibilisation des acteurs

// Plans Communaux de Sauvegarde

piloté par Bernard Modéré (Colonel de Sapeurs-Pompiers) et Catherine Guénon (ex-DGSCGC, Ministère de l’Intérieur)

L’AFPCN organise chaque année avec le Ministère de l’Intérieur et des associations départementales d’élus ou des intercommunalités de journées « de terrain » sur les Plans communaux de sauvegarde, centrées sur les témoignages des collectivités territoriales, le savoir-faire et les retours d’expérience. lire la suite

// REX (retour d’expérience) petits événements naturels

piloté par Michel Sacher (CYPRES)

Les retours d’expérience ne sont pas un automatisme après un évènement naturel dans les collectivités, or celles-ci pourraient beaucoup apprendre de leurs propres défaillances et de celles de ses voisins et ainsi améliorer la prévention et la gestion d’évènements. C’est dans ce contexte que l’AFPCN et le CYPRES ont mis en place un groupe de travail sur les retours d’expérience des petits évènements naturels. lire la suite


Axe 4 : Actions européennes et internationales

// Plate-forme française de réduction du risque de catastrophes

Depuis 2005, les « plateformes nationales pour la réduction des risques » sont reconnues par la Stratégie Internationale pour la Prévention des Catastrophes des Nations Unies (UNISDR) comme les acteurs clés dans la mise en œuvre du Cadre d’action de Hyogo. Dans un contexte de responsabilisation des individus et des Etats face aux risques, l’objectif est une prise en compte des risques dans les plans sectoriels à toutes les échelles. L’AFPCN, membre de la plateforme, est également chargée de son animation et notamment en tant que secrétaire du Comité international du COPRNM. lire la suite

// Comité International du COPRNM

Le Conseil d’Orientation pour la Prévention des Risques Naturels Majeurs (COPRNM) a acté le principe de la création auprès de lui d’un Comité de coopération internationale, dont le secrétariat est assuré par l’AFPCN. Ce Comité est chargé, dans le cadre général de la politique internationale française en matière de Réduction des Risques de Catastrophe (RRC), de préparer les propositions du COPRNM. Sa première réunion a eu lieu en juillet 2013. lire la suite

// Projets et programmes de recherche

REX Integrated : lire la suite

Ecostress : lire la suite

// Valorisation de la recherche et du savoir-faire français

IDRiM

L’AFPCN a décidé de s’ouvrir à des réseaux internationaux de recherche en matière de réduction des risques de catastrophes en devenant membre en avril 2013 du réseau IDRIM Society. L’AFPCN a ainsi permis à une délégation de scientifiques français de participer à la deuxième conférence annuelle du réseau IDRIM Society, qui a eu lieu du 4 au 6 septembre 2013 à Newcastle, au Royaume-Uni. lire la suite

Les commentaires sont clos.