Association Française pour la Prévention des Catastrophes Naturelles

GT Risques spatiaux naturels

piloté par William Thuillot (Observatoire de Paris), Daniel Hestroffer (Observatoire de Paris) et Sébastien Leibrandt (GeolExplo)

Introduction

Les risques spatiaux naturels regroupent l’ensemble des phénomènes naturels dont l’origine est extraterrestre et qui sont susceptibles d’affecter la vie humaine ou le fonctionnement de la société à diverses échelles depuis la ville jusqu’au continent. Ces risques, dont l’occurrence est faible comparée aux risques naturels plus communs que sont les inondations ou les séismes, peuvent néanmoins avoir des conséquences très importantes d’un point de vue socio-économique ou en perte de vies humaines.
Ce GT se focalise à la fois sur les risques liés aux impacts d’astéroïdes et sur les conséquences d’une activité solaire intense.

Tous les ans, la Terre subit des pénétrations atmosphériques de quelques astéroïdes inconnus de taille de l’ordre du mètre en général sans conséquence au sol. Par ailleurs la grande majorité des astéroïdes extrêmement dangereux, de plus de 1 km de diamètre, dont la trajectoire pourrait couper celle de la Terre a été identifiée par les programmes de surveillance et leur orbite bien déterminée ; à l’inverse des objets de plus petite taille qui sont plus difficiles à détecter. Or la population des objets de taille intermédiaire est encore peu connue et peut cependant engendrer des catastrophes. Ainsi le 15 février 2013, un bolide d’environ 20 m de diamètre se désintègre à 27 km d’altitude au-dessus de la ville de Tcheliabinsk (Russie), blessant près de 1 200 personnes et engendrant près de 25 M€ de dégâts matériels. La communauté internationale (e.g. NASA, FEMA) a pris la mesure de ce risque. Des organisations internationales telles que l’ONU (e.g. COPUOS – Committee on the Peaceful Uses of Outer Space), la commission européenne, l’Agence Spatiale Européenne, l’Union Astronomique Internationale, ont promu, voire financé des études pour mieux évaluer ce risque ou même entreprendre des mesures d’évitement. Une chaine de décision existe à ce niveau international pour évaluer tout risque d’impact et diffuser de possibles alertes, les états sont cependant en charge de toute mesure de prévention et de gestion, et la France doit s’en préoccuper.

Les éruptions solaires entrainent l’émission de rayonnement et de particules énergétiques vers la Terre, pouvant engendrer des perturbations sur de nombreuses infrastructures tant dans l’espace (dommages sur les satellites, pertes de communication, mise en danger des astronautes) que sur Terre (industrie électrique, aviation civile, communication HF, GPS etc.). Cette menace est prise très au sérieux au niveau international : l’ONU à travers le COPUOS se penche sur cette question depuis quelques années dans le cadre de son programme Space2030. L’OACI (Organisation de l’Aviation Civil International) a également validé trois consortia internationaux pour la prévention des risques pour l’aviation civil (irradiation, communication, positionnement). La France est membre de l’un de consortia avec le Canada, le Japon et l’Australie, à travers Météo-France et deux industriels (ESSP et CLS) pour l’aspect opérationnel. Enfin, la France s’est dotée de deux structures de coordination en météorologie de l’espace sous l’égide du CNRS et du CNES pour harmoniser le travail des laboratoires de recherche.

Mots-clés : géocroiseur, astéroïde, météorite, bolide, éruption solaire, communication, prévention, prévision, perception, scénario

En bref

Ce GT intitulé « Astéroïdes et autres risques spatiaux » est la continuité du GT « Risques astéroïdes » créé en 2018 qui avait donné lieu à une journée d’étude intitulée « Perception, prévention et gestion du risque lié à la chute d’astéroïdes ». Elargi aux risques liés à l’activité solaire, l’objectif de ce nouveau GT, qui réunit des experts des risques spatiaux, des spécialistes de science participative et de la prévention des risques, est de traiter en premier lieu de la perception des risques spatiaux naturels, mal connus du grand public, de façon à délivrer un message informatif clair pour améliorer à terme la prévention de ces phénomènes de faible occurrence mais avec un fort potentiel de vulnérabilité.

Vous souhaitez participer à ce GT ? envoyez un message à contact@afpcn.org


Travaux passés

Journée d’étude “Perception, prévention et gestion du risque liés à la chute d’astéroïdes », le 12 avril 2018

INFORMATIONS ET PROGRAMME :