Download English brochure

Notre association

L’Association française pour la prévention des catastrophes naturelles est une association régie par la loi du 1er juillet 1901. Elle a été créée fin 2000 pour poursuivre l’action du Comité français de la Décennie internationale de prévention des Catastrophes Naturelles (DIPCN), en tant que centre national de réflexion collective transversale et multirisque sur la problématique des risques naturels et acteur reconnu de la coopération internationale dans ce domaine.

Soutenue par le Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES), elle rassemble des scientifiques, experts, universitaires, élus nationaux et locaux, collectivités territoriales, associations, entreprises ainsi que des représentants de l’État.

S’appuyant sur son acquis, face au nouveau contexte mondial des risques et à l’évolution rapide de la gouvernance à tous niveaux, l’AFPCN vise à constituer une plateforme permanente transversale et multirisques d’acteurs (personnes morales et physiques) impliqués dans la prévention et la gestion des risques de catastrophes et la réduction de leurs conséquences.

Pour ce faire, elle organise des rencontres et des débats, de niveau national, européen et international entre les pouvoirs publics et les divers acteurs de la société civile et se donne pour objectif de déployer de manière équilibrée ses activités suivant les 4 grandes missions suivantes, énoncées ci-après sans ordre de priorité :

Mission 1
Animation et gestion des réseaux d’acteurs

En savoir plus…

Mission 2
Animation scientifique et technique

En savoir plus…

Mission 3 
Animation territoriale et intersectorielle

En savoir plus…

Mission 4 
Action internationale et européenne

En savoir plus…

Défis et enjeux transversaux

En tant que tête de réseau des acteurs de la prévention des catastrophes, l’AFPCN a identifié trois grands défis et trois grands enjeux transversaux qui guident son action sur les cinq prochaines années.

Défi 1. Contribuer en propre a la connaissance scientifique et aux pratiques de la prévention et de la gestion des catastrophes

Quelques questions :

 

  • Comment améliorer la caractérisation des phénomènes dangereux, des risques, des crises, des vulnérabilités et des capacités de résilience ?
  • Quels sont les facteurs aggravants des catastrophes, les défaillances de la prévention, de la gestion de crise et de la reconstruction ?
  • Quelles sont les meilleures pratiques de terrain ?
  • Quelles sont les apports et les limites des approches par la résilience ?Quels sont les nouveaux besoins méthodologiques et conceptuels ?
  • Comment devenir des médiateurs de la Science pour développer la conscience des risques de catastrophes et la culture de la prévention aux niveaux national et international ?
  • Comment favoriser une intégration des risques dans les pratiques de l’aménagement et de la construction ?

Les groupes de travail :

Défi 2. Œuvrer a une prise en compte de la science et des pratiques lors de élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques de prévention et de gestion des catastrophes

Quelques questions :

 

  • Comment œuvrer à une meilleure compréhension des modalités de prise de décision dans des contextes de risque complexes et changeants ?
  • Comment améliorer la qualité de l’expertise en soutien de la pratique décisionnelle ainsi que de la régulation des risques ?
  • Comment développer des approches méthodes et outils afin d’identifier les systèmes décisionnels pertinents et leurs interactions
  • Comment les décisions prises aux différents niveaux local, national et international ont-elles un impact les unes sur les autres ?
  • Comment prendre en compte la diversité des territoires ainsi que la diversité des risques (connu et émergeant) dans l’élaboration, le déploiement et l’évaluation des politiques publiques ?
  • L’intelligence artificielle peut-elle améliorer la prévention et la gestion des risques de catastrophes ?
  • Comment renforcer les approches « data-driven », « evidence-based » ? Comment prendre en compte les questions éthiques liées à l’expertise et à la gestion et régulation des risques ?
  • Quelles formes de coopération entre science humaines et sociales, science de la vie, science de l’ingénieur et science de la santé pour une meilleure gouvernance des risques et des crises ?
  • Comment nudgerfavoriser les partenariats publics-privés pour aller vers plus de partage de données et de connaissances et vers une amélioration des politiques publiques ?

Les groupes de travail :

Défi 3. Œuvrer a caractériser les changements globaux, les transitions et les points de bifurcations sur les territoires

Quelques questions :

 

  • Comment caractériser, rendre compte et évaluer les transitions territoriales, les transitions des phases de prévention et de gestion des risques de catastrophes ?
  • Comment identifier les points de bifurcation en matière de prévention et de gestion des risques de catastrophes ?
  • Comment prendre en compte les formes hybrides des catastrophes : risque natec par exemple, interactions entre changement climatique et transformation des risques etc. ?
  • Comment promouvoir des projets de territoires réduisant leur vulnérabilité aux effets dommageables des changements globaux et promouvant leur capacité de résilience aux aléas de différentes natures ?

Les groupes de travail :


Enjeu 1 : Créer des espaces de collaboration et de concertation entre les différents acteurs du territoire

  • Initier, accueillir et accompagner les initiatives portant sur des enjeux scientifiques et des défis soulevés par la pratique.
  • Entraîner les acteurs de la prévention des risques dans les actions collectives telles que l’ONRN et les ANRN.
  • Participer au travail international et européen sur les risques. Accompagner le DRM dans la préparation et la participation aux réunions des instances internationales et européennes de l’UNDRR.
  • Effectuer le suivi des programmes de la Commission Européenne sur les risques ;
  • Prendre en compte ce qui se passe dans les territoires et les branches professionnelles

Enjeu 2 : Veiller, capitaliser et diffuser les savoirs et les pratiques transversales des acteurs territoriaux, nationaux et internationaux

Quelques questions :

 

  • Comment contribuer à réduire l’exposition aux risques pour limiter les pertes par des actions fondées sur la connaissance, les retours et échanges d’expériences ?
  • Comment évaluer les résiliences et les vulnérabilités dans un contexte multi-aléas ou multi-risques ?
  • Comment évaluer l’efficacité des approches de la réduction des risques ?
  • Comment renforcer les capacités des acteurs et des territoires dans la prévention et la gestion des catastrophes ?
  • Comment diffuser les bonnes pratiques et les difficultés rencontrées par les acteurs des territoires ?

 Les groupes de travail :