Risques climatiques

GT piloté par Michel Lang (IRSTEA), Jean-Michel Soubeyroux (Météo France) et Paul-Henri Bourrelier (AFPCN)

L’action en bref

 

Ce GT suit l’avancée des connaissances scientifiques dans le domaine du changement climatique. Il organise régulièrement des séances de travail avec des experts issus de différents horizons pour discuter des résultats de l’expertise internationale du GIEC et de leurs implications en termes de gestion des risques. Depuis 2013, il s’est également intéressé à l’analyse du processus d’expertise internationale de l’UNFCCC. Cette année, il organise, en partenariat avec la SHF, l’EPTB Seine Grand Lac, l’Académie de l’eau et l’AFEID, deux journées d’étude dédiée aux risques de sécheresse et de déficit en eau.

Mots-clés : changement climatique, GIEC, expertise, gestion des risques

Vous souhaitez participer à ce GT ? envoyez un message à contact@afpcn.org

Introduction

 

L’AFPCN a envisagé, au cours des dix dernières années, l’adaptation au changement climatique en termes de risques à gérer et de chances à exploiter, comme pour tout changement majeur, complexe et doté d’incertitudes. Les risques résultent des pressions exercées en continu par l’environnement (températures et pluies saisonnières, niveau de la mer, teneur de l’atmosphère en CO2 et autres gaz, contaminations biologiques…) et des événements extrêmes (tempêtes, séquences de canicule ou de froid intense, de sécheresse ou de précipitations entraînant des ruissellements ou des crues, de conditions météorologiques favorables à l’extension des feux, à des glissements de terrain…). L’adaptation concerne toutes les espèces vivantes dont certaines sont particulièrement touchées ou obligées de migrer, dont d’autres bénéficient d’un surcroît de compétitivité darwinienne ; l’histoire et les reconstitutions paléo-géologiques, notamment celles des catastrophes climatiques du passé, éclairent les mécanismes mis en jeu. L’homme a fait preuve d’une capacité d’adaptation exceptionnelle grâce à des moyens tels que le feu, les abris, l’habillement… mais désormais c’est au niveau des sociétés que se pose le défi de l’adaptation : les sociétés techniques évoluées comme les sociétés plus proches de la nature doivent mobiliser leurs ressources pour faire face aux changements, gérer les risques et exploiter les opportunités ; comme par le passé elles en ont les moyens et le feront d’autant mieux qu’elles sauront faire preuve de prévoyance et de solidarité, et sauront prendre à temps les mesures appropriées.

Contexte

 

Le changement climatique est une des grandes questions à l’ordre du jour pour les scientifiques, les professionnels concernés par les risques, les responsables des politiques publiques depuis les collectivités territoriales jusqu’au niveau international, et finalement les populations du monde entier. L’Association Française pour la Prévention des Catastrophes Naturelles, plateforme d’échanges et d’action réunissant des représentants de la société civile et des autorités, se devait d’inclure dans son activité des travaux en vue de répondre à cette préoccupation.

Elle a donc constitué en 2007, auprès de son Conseil scientifique, un groupe de travail sur l’adaptation de la prévention des catastrophes au changement climatique. La majorité de ses adhérents ont marqué leur intérêt. Le groupe a organisé plusieurs séances thématiques, piloté un colloque en Guadeloupe sur les tempêtes tropicales, participé au rapport du groupe « écosystèmes et événements climatiques extrêmes » de l’Académie des sciences, a collaboré avec le réseau des plateformes nationales européennes de la prévention des catastrophes naturelles qui ont fait une réponse commune au livre vert adopté par la Commission au mois de juillet.

L’AFPCN a été, aux côtés de la DGPR, un membre actif du groupe interministériel « impact du changement climatique, adaptation et coûts associés en France », animé par la DGEC, l’ONERC et la D4E. Le travail de ce groupe a joué un rôle central dans la sensibilisation des pouvoirs publics et de la société civile aux enjeux de l’adaptation. Le thème des risques constituait une trame générale et un thème particulier. Par la suite, l’AFPCN, toujours par le canal de son groupe, a participé à l’élaboration du Plan national d’adaptation au changement climatique qui a été adopté à la suite d’un débat national.

Pour revenir aux échanges au sein du groupe, ils ont débouché le 6 février 2008 sur une journée qui s’est placée chronologiquement après la publication du 4e rapport du GIEC, la réunion de l’ONU à Bali, et les décisions du Grenelle de l’environnement. Son ambition était de croiser les approches qui sont souvent beaucoup trop cloisonnées et parfois divergentes, alors que la diversité est inhérente à la démarche scientifique ; de dégager une vision concertée des avenirs possibles et de porter un regard collectif sur différents programmes qui concourent à la gestion des grands risques à l’heure du changement climatique. A la suite de cet échange l’AFPCN a esquissé des recommandations qu’elle approfondira par la suite et défendra lors du débat sur le plan national. En fin d’année, coïncidant avec la présidence française de l’UE, elle a organisé en partenariat avec la DGPR un colloque avec les plateformes européennes de la prévention des catastrophes naturelles, des 26 au 28 novembre 2008 “Des catastrophes du passé au défi du changement climatique en Europe”.

Les réunions du groupe de travail se sont poursuivies en 2009 et 2010, pour aboutir à l’élaboration d’un dossier en français et en anglais regroupant différentes études françaises sur l’adaptation au changement climatique en vue du Side Event le 11 décembre 2009 à la conférence mondiale sur le climat de Copenhague

Un colloque de synthèse « Changement climatique, risques et chances » présentant le plan national d’adaptation, s’est tenu le 1er juillet 2010.

L’AFPCN a également suivi les réunions que le GICC tient périodiquement pour présenter ses appels de propositions et les résultats de ses programmes.

En 2011, le groupe de travail a établi et transmis, à la demande du point focal français, un avis au GIEC sur le projet de rapport spécial sur les évènements extrêmes (SREX). L’AFPCN  a organisé la journée « Désastres pensés et désastres reconnus » avec l’UNESCO à propos de la publication du rapport pour décideurs du GIEC sur les événements extrêmes et des plans nationaux d’adaptation français et allemand, le 12 décembre 2011. Cette manifestation s’est complétée le 18 juin 2012 par une présentation débat “Le SREX et après ?” autour de la publication du rapport spécial sur GIEC sur les évènements extrêmes.

En 2012 et 2013, le conseil scientifique a engagé des échanges internes sur les questions touchant au changement climatique et son président, qui avait été invité à la journée d’audit en septembre 2011 de l’académie des sciences mandatée par la ministre  de la Recherche, a été appelé à s’exprimer auprès des académies des sciences et des technologies sur les rapports du GIEC récents ou en préparation. L’association n’a été saisie d’aucune demande d’avis ou de contribution au bilan du PNACC.


Publications

 


Conférence « Risques, adaptation et changement climatique », le 9 juillet 2014

 

Présentations des intervenants ( cliquez sur les noms)


Workshop « Certitudes et incertitudes sur le climat : l’AR5 et après ? », le 28 janvier 2015

 

Le groupe de travail « Climat » de l’AFPCN a organisé une conférence débat sur « Certitudes et incertitudes sur le climat : l’AR5 et après ? », le Mercredi 28 janvier 2015,  à l’IPSL,avec la participation de Katia Laval et Valérie Masson Delmotte.

Le premier objectif était de faire le point après la publication du rapport de synthèse du GIEC le 1er novembre 2014. Katia Laval et Valérie Masson-Delmotte ont dressé un panorama des certitudes et des incertitudes de l’état des connaissances sur le système climatique. Elles ont abordé notamment la question de la variabilité, du passage de la grande échelle à de plus petites échelles et de l’importance de la compréhension des climats passés. Leurs présentations a permis d’ouvrir des échanges sur les risques liés au changement climatique, leur gestion, les pistes de recherches et d’expertises futures. Nous nous intéresserons, en particulier, à la manière dont les connaissances acquises sur le système climatique à l’échelle globale peuvent s’articuler pour aborder la question de l’adaptation à l’échelle régionale. La problématique des solutions à inventer pour « faire avec » le changement climatique fera l’objet d’une journée d’étude spécifique, le 30 juin prochain.


Workshop « Les risques associés au changement climatique : point sur la synthèse de l’AR5 et gestion des risques littoraux », le 7 mai 2015

 

Le groupe de travail « Climat » de l’AFPCN a organisé une conférence débat sur « Les risques associés au changement climatique : point sur la synthèse de l’AR5 et gestion des risques littoraux », le Jeudi 7 mai 2015.

Benjamin Sultan, chercheur en sciences du climat, a fait un retour sur l’évaluation des impacts et des risques climatiques dans la synthèse de l’AR5.   Carlos Oliveros, responsable de l’unité « risques côtiers et changement climatique » du BRGM, et Arnaud Gueguen, chargé de mission au GIP Littoral Aquitain, sont intervenus les modalités pratiques des politiques publiques à partir de l’exemple des risques côtiers et du littoral aquitain.

Vous trouverez joint le dossier des participants et les présentations des intervenants :

En complément :


Journée d’étude « Changer avec le climat ! », le 30 juin 2015

 

Le Conseil général de l’économie (CGE) et l’Association française de prévention des catastrophes naturelles (AFPCN) ont organisé une journée d’étude « CHANGER AVEC LE CLIMAT ! », avec l’appui de l’Académie des technologies et de l’Observatoire national des effets du réchauffement climatique (ONERC), le Mardi 30 juin 2015 de 9h à 18h, au Centre de Conférences Pierre Mendès France, 139 rue de Bercy à Paris.

Cette journée s’inscrit dans la perspective de la COP 21 qui se tiendra à Paris en décembre 2015 mais se propose d’élargir la réflexion au delà de cet horizon.

Présentation des intervenants ( cliquez sur les noms)

  • LES ENJEUX ET CONDITIONS DE L’ACTION
    • Les leviers économiques et les politiques publiques du changement climatique de François Valerian (CGE)
    • Une vision technologique d’Olivier Appert (président du Conseil français de l’énergie)
    • Où en est la prospective du 21ème siècle Table ronde pilotée par Thierry Gaudin (CGE, Prospective 2100) avec la participation d’Eric Brun Barrière (ONERC, MEDDE)  , Vaia Tuuhia (4D)
  • LE CYCLE DU CARBONE ET SES COMPOSES : TROIS EXEMPLES CONCRETS DE CHAMPS D’ACTION
    • Actions de réduction et projections des concentrations atmosphériques de CO2 de Philippe Ciais (LSCE)
    • Sols, agriculture, élevage et sécurité alimentaire Table ronde pilotée par Guillaume Benoit (Conseil général de l’agriculture) avec la participation de David Crespo (Président de Fertiprado), Jean François Soussana (INRA) , Bernard Tardieu (Académie des technologies)
    • La forêt et l’industrie du bois Table ronde pilotée par Jean Luc Peyron (GIP ECOFOR) avec la participation d’Antoine Colin (IGN) , Estelle Vial (Institut technologique FCBA)
    • Séparation, séquestration et valorisation du CO2 Table ronde pilotée par Didier Bonijoly (BRGM) avec la participation d’Anne de Bethencourt (Fondation Nicolas Hulot), Daniel Clément (ADEME), François Clin (BRGM), Valérie Czop (EDF)

Si vous souhaitez visionner les vidéos de la journée nous vous invitons à consulter le site Prospective 2100.


Our Common future under Climate Change, juillet 2015

 

AFPCN_poster_v5MD_RVBLe groupe de travail « climat » de l’AFPCN a participé à la conférence scientifique organisée en préparation de la COP21 (http://www.commonfuture-paris2015.org/). Il a présenté un poster intitulé « Foreseing the évolution of the expertise on climate » dans la session « Information for decision-making ».

Le poster ici :


COP 21 « Risques naturels et changement climatique : les risques littoraux et l’évolution des besoins d’expertise », le 8 décembre 2015

 

PhotoL’Association Française pour la Prévention des Catastrophes Naturelles (AFPCN) et son groupe de travail sur le Climat  a organisé une table ronde-débat intitulée, « Risques naturels et changement climatique : risques littoraux et évolution des besoins d’expertise », dans le cadre de la COP 21, le 8 décembre 2015 de 11h15 à 12h45, dans la salle 8 de l’Espace Génération Climat au salon du Bourget http://www.cop21.gouv.fr/les-espaces-generations-climat/

Cette table ronde a été animée par Erik Mosselman (DELTARES, Pays-Bas), Camille André (GIP Littoral Aquitain), François Gérard (AFPCN), Maud Devès (Sciences Po).

L’enjeu de ce side-event était de réfléchir à l’intégration des risques climatiques dans les agendas de gestion des risques naturels. Le cas des risques littoraux sera pris en exemple pour aborder les difficultés et les opportunités ouvertes par cette intégration et souligner l’évolution des besoins d’expertise pour aider la décision publique avec la participation des collectivités territoriales de diverses échelles et des citoyens.

Présentations des intervenants

  • François Gérard, AFPCN 
  • Maud Devès, AFPCN, Sciences Po Paris
  • Camille André, GIP Littoral Aquitain
  • Erik Mosselman, Deltares, Pays Bas

 

Les commentaires sont clos.