Expertises, décisions et opinion publique

L’action en bref

Comment améliorer les relations entre les experts et les décideurs publics, sachant que la communauté scientifique, les médias et les citoyens ont des intérêts et des attentes variés concernant la qualité des expertises et leur impact sur la conduite des affaires publiques. En particulier comment concilier besoin de certitudes et nécessité de respecter la complexité et l’incertitude relatives aux événements requérant des décisions publiques, notamment en matière de gestion des risques en tous genres.

Contexte

Depuis une vingtaine d’années, en France notamment, de grandes affaires de santé publiques (sang contaminé, amiante, ESB, hormones de croissance) et de catastrophes naturelles (inondations, séismes) et technologiques (chimiques comme AZF, nucléaires) ont mis en relief l’insuffisance d’expertise (voire sa falsification par confusion d’intérêts) ou le peu de prise en compte des travaux d’experts ou une incompréhension (par les médias, les pouvoirs publics, les citoyens) des rôles possibles des experts et de leurs limites.

L’AFPCN est sans cesse confrontée à ce genre de problèmes, en tant que réunion d’experts de haut niveau et parce qu’une bonne partie de ses membres travaillent ou ont travaillé au sein de l’administration publique à des postes de responsabilités, dans divers domaines de l’aménagement des territoires. Elle est ainsi bien placée pour observer les relations experts/décideurs et tenter d’en tirer des leçons.

Programme d’activité

A partir d’une problématique qui a été définie collectivement en avril 2013, aboutir, en 15 à 18 mois, à un texte d’orientation sur l’expertise à destination des pouvoirs publics. L’activité se répartit en trois phases, qui peuvent d’enchevêtrer :

  • Étudier des cas tels que les controverses sur le réchauffement climatique ou sur les OGM, le gaz de schiste, les antennes de téléphonie mobile, l’amiante… Le cas des gaz de schiste (exploitation des hydrocarbures non conventionnels) est choisi pour commencer.
  • S’entretenir avec des responsables et membres de comités d’experts (autorités diverses, CNDP, etc.) et des « commanditaires » de l’expertise.
  • Rédiger des notes à destinations des membres et partenaires de l’AFPCN dans le but d’élargir les consultations et de valider les idées du groupe de travail.

Réunions du groupe de travail

 

Publications

Synthèse « Expertise, opinion et décision publiques dans le domaine des risques environnementaux ». Cette note présente l’état d’avancement des travaux du groupe de travail (GT) « expertise et décision publique » à partir de quatre études de cas : l’enfouissement des déchets nucléaires ; l’exploitation des « gaz de schiste » (hydrocarbures non conventionnels, HNC) ; la menace d’éboulement de la Séchilienne ; l’évolution des travaux du GIEC. Ces cas sont liés à des risques environnementaux, même s’ils concernent également des problèmes économiques, sanitaires ou autres. Le travail du GT pourra être complété par des entretiens et l’examen d’autres cas, tels que la toxicité des nanoparticules, la tempête Xynthia, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *