Vie du conseil scientifique

Historique

L’association française pour la prévention des catastrophes naturelles (AFPCN), constituée en 2001 dans le prolongement du comité français de la décennie internationale pour la prévention des catastrophes naturelles, a mis en place en 2004 un conseil scientifique, qui rassemble à présent une trentaine de membres, experts indépendants représentants les diverses disciplines concernées, pour moitié des sciences de la nature et de l’ingénieur, et pour moitié des sciences médicales, de l’homme et de la société.

Le conseil émet régulièrement des avis sur des questions d’actualité, organise des séries de réunions ouvertes. Ses membres publient, en tant que tels, des articles dans des revues comme Les annales des Mines, série « Responsabilité et environnement », Écologie et politique, Préventique, Environmental Science and Policy, etc.

Il organise des colloques, tels que :

Ses groupes de travail prennent également en charge des journées d’études, conférences et colloques, détaillés ci-dessous.

Il intervient sur la scène française en lien avec le Parlement (OPECST), les Académies des sciences et des technologies, plusieurs conseils généraux (CGE, CGAAER, CGEDD), des établissements publics scientifiques et techniques (BRGM, CSTB, LCPC, IRSTEA, INERIS, ONERC, Météo-France), d’enseignement supérieur et de recherche (nombreuses universités, écoles normales supérieures, CNAM, MNHN), des organes de la société civile (IMdR, CEPRI, MRN faisant fonction de relais vers les assureurs), des entreprises (Total, EDR, Accor), la MGEN, etc.

Il est présent sur la scène internationale, par sa position de correspondants de programmes tels que l’IntegratedResearch on DisasterRisks(IRDR) de l’International Council for Science (ICSU) ou par l’animation d’un réseau et le suivi de programmes européens, par ses contacts avec des organismes des Nations Unies, comme l’Unesco ou l’organisation mondiale de la météorologie (OMM), et avec la Banque mondiale.

Le conseil intervient sur la scène française en lien avec le Parlement (OPECST), les académies des sciences et des technologies, plusieurs conseils généraux (mines, ponts, génie rural), des établissements publics scientifiques (BRGM, CSTB, LCPC, IRSTEA, INERIS), d’enseignement supérieur et de recherche (universités, ENS,CNAM, MNHN), des organes de la société civile (IMdR, CEPRI, MRN), des entreprises (Total, EDR, Accor).

Il est présent sur la scène internationale, comme correspondant de programmes tels que l’Integrated Research on Disaster Risks (IRDR) de l’International Council for Science (ICSU), par sa participation au programme Catastrophes et droits de l’homme (CADHOM), en lien avec 6 pays non-européens, par l’animation d’un réseau et le suivi de programmes européens, et par ses contacts avec des organismes des Nations Unies (en particulier l’UNESCO et l’UNISDR).

Depuis 2015, en sus de son ouverture déjà ancienne aux risques technologiques, il s’intéresse également aux risques en matière de santé/environnement.

Fonctionnement

Le conseil scientifique se réunit en formation plénière tous les trimestres, pour suivre l’avancement des groupes de travail créés en sein ou en commun avec d’autres institutions, pour décider, organiser et diriger des activités tournées vers l’extérieur (publications, colloques, notes).
À l’occasion des réunions plénières, il accueille un invité, qui expose un thème en lien avec les activités du conseil scientifique. Par exemple, décembre 2015 : Marie Angèle Hermitte, juriste (présidente de la conférence de citoyens sur le projet Cigéo) ; mars 2016 : Philippe Ledenvic, président de l’autorité environnementale du MEDDE.

Membres du Conseil Scientifique

Le Conseil scientifique est présidé par Michel Juffé, assisté par Maud Devès.

Sciences de la nature et de l’ingénieur

  • Chantal Astier, Professeur émérite de biologie moléculaire à l’université Paris sud
  • Michel Badré, Membre du CESE, ancien président de l’autorité environnementale, MEDDE
  • Rémy Bossu, Centre sismologique euro-méditerranéen (CEA)
  • Marc Bouchon, Association française du génie parasismique
  • Paul-Henri Bourrelier, Ingénieur général des mines, ancien président du BRGM
  • Eric Chojnacki, Chercheur à l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire
  • Henri Décamps, Écologue, directeur de recherches émérite au CNRS, Académie des sciences
  • Maud Devès, Docteur en géophysique, chercheur à l’IPGP et Sciences Po Paris
  • Pierre-Henri Gouyon, Professeur au muséum national d’histoire naturelle
  • Michel Lang, Institut national de recherches en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA)
  • Yves Le Bars, Président du comité français pour la solidarité internationale, ancien président de l’ANDRA
  • Pierre Mayet, Ancien directeur de l’urbanisme au ministère de l’équipement, ancien vice-président du CGPC
  • Jean-François Raffoux, Institut pour la maîtrise des risques
  • Pierre Thierry, Bureau de recherche géologique et minière

Sciences médicales, de l’homme et de la société

  • Marie-Odile Bertella-Geffroy, Avocate, ancien magistrat au TGI de Paris
  • Michel Blay, Philosophe et historien des sciences, président du comité pour l’histoire du CNRS
  • Jean-Marie Fessler, Conseiller du président de la MGEN, ancien directeur des hôpitaux de la MGEN
  • François Gillet, Ancien dir. pôle grenoblois des risques naturels, université J. Fourier, Grenoble
  • Anne-Marie Granet, Professeur d’histoire, université Grenoble
  • Alain Grimfeld, Professeur émérite de pédiatrie, ancien président du CCNE
  • Christian Huglo, Docteur en droit, fondateur du cabinet Huglo-Lepage
  • Michel Juffé, Philosophe, ancien conseiller du vice-président du CGEDD
  • Yves Lévi, Professeur en santé publique-environnement, faculté de pharmacie, université de Paris Sud
  • Brigitte Mazière, Urbaniste de l’État, inspecteur général de l’équipement honoraire
  • Myriam Merad, Chercheur à l’INERIS
  • Agnès Popelin, Membre du CESE, vice-présidente de FNE Ile-de-France
  • Didier Raciné, Responsable mastère prévention des risques, rédacteur en chef de la revue Préventique
  • Claude Saunier, Président du CNAM-Bretagne et du technopole de St-Brieuc, ancien sénateur
  • Alain Simon, Professeur de cardiologie préventive à l’HEGP, ancien président de la CME
  • François Valerian, Ingénieur en chef des mines, docteur en histoire, conseil général de l’économie

 

Réunions du conseil scientifique

Les commentaires sont clos.